La banlieue: 5 KO et 1 OK

 

KO 1 : le commencement

Banlieue, nous arrivons! Après deux ans de tergiversations, un an de conditionnement, nous voilà prêts à sauter de l’autre côté du fleuve, et à entrer triomphalement en banlieue! Sauf que la veille du déménagement, je suis seul. Vicky a filé chez des amis près d’Halifax, en Nouvelle-Écosse. Elle doit y préparer notre mariage, enfin, une sorte de mariage zen dans un champ entouré de vaches et de canards. Mon appartement de la rue Fabre, qui est devenu notre appartement, ressemble à un entrepôt de boîtes et de meubles démontés. Je suis encore là, mais il a déjà perdu sa conscience. J’appelle Jack, et nous voilà attablés avec quelques vagues copains au Quai des Brumes. Nous buvons à mon déménagement, à mon emménagement, à la ville, à la banlieue, et bien entendu, à mon mariage.Au moment de nous séparer, Jack m’avoue sa tristesse. Ton départ, me balbutie-t-il, clôt un long chapitre joyeux dans ma vie.J’estime son chagrin un peu trop bierreux, mais j’ai le cœur sensible, j’accepte un dernier verre chez lui. Le temps d’une bouteille de Forty creek et d’un petit remontant au rhum martiniquais, me voilà titubant sur Mont-Royal, gueulant comme un névrosé L’Amérique de Joe Dassin. Le lendemain à huit heures les déménageurs frappent à la porte. Triple merde! Eh, les mecs, vous pouvez embarquer le lit en dernier? J’en ai encore besoin. Je bifurque vers les toilettes, je vomis un coup, et je retourne me coucher. Ils ne sont que deux, mais ils sont rapides. J’aurais aimé qu’ils prennent la journée, mais il faut déjà partir. Ils balancent le matelas à l’arrière de la boîte du camion, une boîte ouverte. Saute sur ton matelas, on t’emmène. Chic types. Ils m’aident à grimper. Au milieu du pont, la nausée me reprend. Je m’étire le cou, je lance un long jet sur l’asphalte, et je me recouche. Je ne vois rien de la grandiose entrée dans ma banlieue, je dors. Les deux gars ont dû me transporter avec les meubles, je ne me réveille que dans la soirée, complètement perdu. Où suis-je? Demain, eh bien demain, je prends l’avion pour rejoindre Vicky en Nouvelle-Écosse.

à suivre:

KO 2: la tondeuse

KO 3 : la guerre

KO 4 : les visiteurs

KO 5 : le feu

et

OK 1 : la débandade 

 

 

 

 

 

Aidez l’auteur à payer son vin: achetez son livre en ebook!

PAGE TITRE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s